Air Max 85

On avait vu les crossovers ce weekend, on a bien profité du samedi soir pour faire la teuf, maintenant il faut lancer 2017 avec la manière : les meilleurs dunks des 365 derniers jours, c’est pas mal !Mettons 2016 derrière nous, et oublions qu’un MVP unanime avec 73 victoires en saison régulière a perdu ses Finales NBA en menant pourtant sa série 3-1. Mettons 2016 derrière nous, et oublions que Tim Duncan, Kobe Bryant et Kevin Garnett ont pris leur retraite en l’espace de six mois, créant une vague de larmes chez les fans des années 2000. Mais mettons surtout 2016 derrière nous, en oubliant que certains défenseurs se sont pris des posters phénoménaux dans la gueule. On pense bien évidemment à Brook Lopez, qui s’est fait grimper dessus par Larry Nance Jr. On pense aussi à Malcolm Brogdon qui a aussi tenir le regard en haute-altitude avec le King.

On pense enfin à Clint Capela, qui se demande encore quel était cet avion au numéro 0 qui avait atterri sur sa joue droite en pleine ligne de fond. L’année qui vient de se terminer était remplie de beaux moments, de belles victoires et de grands tirs au buzzer, mais elle était aussi saupoudrée de quelques dunks bien puissants, qu’on se regardera ce lundi pour entamer la semaine tranquillement.Il avait réussi à se faire une place chez les Pelicans, avant de se blesser à l’aine. Bientôt de retour sur ses deux pattes, Lance Stephenson sera disponible pour illuminer un vestiaire tout entier.C’est Chris Haynes, de chez ESPN, qui a délivré la plus belle des nouvelles en ce début de semaine. En effet, Born Ready avait été opéré à la moitié du mois de novembre, suite à une vilaine blessure qui le forçait à devoir louper quasiment trois mois de compétition.

Mais lorsqu’on vient d’une autre planète, ce qui est le cas de Stephenson, le temps de récupération est différent de celui des êtres humains, ce qui arrange les affaires de l’arrière. Ainsi, au lieu de pouvoir rejouer mi-février, Lance pourrait être dispo d’ici deux semaines, ce qui lui permettrait de toquer une nouvelle fois à la porte des Pelicans. Ayant arraché son ticket pour entrer dans l’effectif lors du camp d’entraînement d’octobre dernier, le phénomène de Brooklyn avait même réussi à produire efficacement sous les ordres d’Alvin Gentry, ses 27 minutes de moyenne se traduisant par près de 10 points et 5 passes de moyenne. Et quand on connaissait à l’époque les galères de New Orleans en terme de création balle en main, la présence de Lance dans l’effectif était un petit cadeau qui donnait beaucoup d’espoirs aux fans.